Crise des métiers de l’humain, l’enjeu du prendre soin : Nous rendons les clés de nos établissements !

Ce 28 septembre, 8 de nos fédérations nationales, dont l’Unapei (mouvement parental auquel notre association est affiliée) et NEXEM (notre syndicat d’employeurs), se sont unis pour une mobilisation commune et ainsi faire entendre qu’il y a une « crise des métiers de l’humain, et qu’il y a un enjeu du prendre soin ». La situation est grave et urgente !

Cette mobilisation a eu lieu partout en France. En région Pays de la Loire un regroupement d’importance s’est tenu à Nantes, avec toutes les associations du secteur social et médico-social, gestionnaires d’établissements et services privés à but non lucratif.

L’Adapei-Aria de Vendée y était : 200 personnes se sont mobilisées

Familles, personnes accompagnées, professionnels, adhérents et membres du Conseil d’Administration, tous ensemble !

Trois revendications principales :

• Une revalorisation salariale effective pour tous les salariés, y compris ceux qui ont été exclus du Ségur

• Une équité de traitement avec le secteur public

• La compensation de l’inflation

Nous voulons que nos professionnels soient valorisés de manière juste et ainsi garantir un accompagnement dans les meilleures conditions au sein de notre association.

La situation est grave, pour l’Adapei-Aria de Vendée :

75 postes sont non pourvus

– Plusieurs métiers en tension : Aide-Soignant, Aide médico-psychologique (AMP), Infirmier, Surveillant de nuit

Des conséquences :

Un taux d’absentéisme moyen de 9%

– Et un nécessaire recours aux CDD courts et intérim, près de 140 etp/ mois soit 9% de l’effectif global, (pouvant aller jusqu’à 20% pour les foyers de vie et les structures médicalisées.)

Des conséquences déjà observés sur l’accompagnement, que nous ne souhaitons pas revoir !

– Avec la fermeture provisoire de plusieurs sites impactant l’accompagnement, notamment :

o FAM Pouzauges (foyer d’accueil médicalisé) pendant plusieurs jours

o L’Unité d’accueil temporaire de l’IME La Roche pendant plusieurs semaines

Ces tensions augmentent le risque de ne pas pouvoir accueillir et accompagner les enfants et adultes en situation de handicap. Ces situations sont plus marquées sur les structures médicalisées.